CHAUSSEUR

 


Heschung ouvre son 1er flagship, 18 rue du Vieux Colombier, Paris 6ème. Un quartier qui compte dans l’histoire de la marque puisque c’est au n° 20 de cette même rue que la marque a ouvert il y a 14 ans sa 1ère boutique parisienne. Un espace de 250 m2 où la marque reçoit ses clients dans une atmosphère imprégnée des valeurs et des goûts de Pierre Heschung, sensible à l’art, à l’architecture et aux voyages. De son amour pour les lignes simples et intemporelles ressort un choix de mobilier aux accents scandinaves, de belles matières et des essences de bois qui font échos à ses sources d’inspiration. Le noir et le blanc soulignent les lignes pures. Le mobilier rend hommage aux années 50. Le tabouret ‘Méribel’ ou la table basse ‘Plana’ de Charlotte Perriand côtoient le canapé ‘Mayor’ d’Arne Jacobsen et les chaises ‘Whisbone’ d’Hans Wegner dans une ambiance cosy….

Point fort et inédit de ce flagship, le corner dédié aux commandes spéciales, qui atteste du savoir-faire Heschung et de ses artisans qui en font la qualité. Un service haut de gamme qui propose de faire découvrir aux clients les coulisses de la Maison. Guidés par un spécialiste du soulier, ils pourront personnaliser à leur convenance l’un des modèles emblématiques Heschung. Les clients sont accompagnés du début à la fin du processus : choix du modèle, choix du cuir et du coloris grâce à des liasses d’échantillons disposées à cet usage, pointure et largeur de la forme et enfin choix de la semelle. Un logiciel conçu spécialement à cet effet permettra aux clients de tester en image et de valider les modèles qu’ils auront imaginés. Le soulier ainsi créé sera ensuite fabriqué dans les ateliers Heschung situés à Steinbourg en Alsace dans un délai de 8 à 10 semaines.

C’est aussi dans ce flagship que l’on trouve les collaborations et les modèles de la ligne Ateliers Heschung édités en série limitée. Comme la dernière collection capsule créée en partenariat avec la marque de chaussures japonaise Yuketen qui repense les modèles emblématiques VERBIER et VERMONT.

 

REVUE DE PRESSE